Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Déroulement d'une séance
    Une séance d’ostéopathie dure en moyenne 45 minutes et se compose de trois parties :
Elle commence par l’anamnèse ou interrogatoire, qui permet à l’ostéopathe de mieux vous connaitre pour cibler son traitement. En effet, il est primordial de connaitre l’historique et l’origine de vos symptômes, ainsi que vos antécédents médicaux et vos traitements car ils peuvent être des contre indications au traitement. Votre passé traumatique est tout aussi important dans la mesure où vos douleurs actuelles peuvent découler d’anciens traumatismes. Cette étape permettra aussi au praticien d’étudier vos examens complémentaires (biologie, radiographies, scanner..) si nécessaire.
    Vient ensuite l’examen clinique, qui permet à l’ostéopathe de déterminer les structures hypo mobiles, et de ce fait pathologiques. Durant cette étape, l’ostéopathe examine en priorité les membres inférieurs, le bassin, la colonne vertébrale, l’abdomen, les épaules ainsi que le crâne. Et enfin, le traitement a pour but de rééquilibrer les structures dysfonctionnelles grâce à des techniques adaptées à vos antécédents, votre morphologie et votre âge. A la fin de la séance, l’ostéopathe peut vous donner quelques conseils pour prévenir la récidive.

Les différentes techniques utilisées :  
L’ostéopathe utilise plusieurs types de techniques adaptées à votre morphologie et à vos antécédents.
Ces techniques sont :
  • Les manipulations fonctionnelles : ce sont des manipulations douces, durant lesquelles le thérapeute accompagne la structure (articulations, membranes, etc.) jusqu’au point de relâchement qui permettra l’autocorrection de la lésion. (photo)
  • Les manipulations structurelles ou ostéo-articulaires : ce sont des techniques qui nécessitent l’application d’une pression brève sur une structure (par exemple une vertèbre). Elles peuvent être désagréables, mais ne sont en aucun cas douloureuses. Un craquement peut alors survenir, suite à la libération de l’air compris dans l’articulation.
  • Les manipulations viscérales : elles permettent de redonner de la mobilité aux organes (intestins, foie, estomac, etc.) grâce à la libération des attaches vertébrales ainsi qu’à la désolidarisation et la vidange des organes. Les organes digestifs peuvent en effet être en lien avec certains symptômes tels que les lombalgies ou encore les dorsalgies. (photo)
  • Les manipulations crâniennes : il s'agit de légères pressions permettant de rétablir les mouvements des os crâniens et des membranes intra crâniennes. Elles permettent de soulager vos céphalées et vos migraines ainsi que certaines cervicalgies. (photo)